Vaisseaux, nous vous aurons aimés en pure perte

Vaisseaux, nous vous aurons aimés en pure perte ;
Le dernier de vous tous est parti sur la mer.
Le couchant emporta tant de voiles ouvertes
Que ce port et mon cœur sont à jamais déserts.

La mer vous a rendus à votre destinée,
Au-delà du rivage où s’arrêtent nos pas.
Nous ne pouvions garder vos âmes enchaînées ;
Il vous faut des lointains que je ne connais pas.

Je suis de ceux dont les désirs sont sur la terre.
Le souffle qui vous grise emplit mon cœur d’effroi,
Mais votre appel, au fond des soirs, me désespère,
Car j’ai de grands départs inassouvis en moi.

Jean de La Ville de Mirmont, L’horizon chimérique, V, 1920 (posthume).

Souvenir de Russie

Saint-Petersbourg, hiver 1879-1880

Vitaly s’écarta de la fenêtre devant laquelle il se tenait, et interrompit Boris: «Il s’agit simplement d’un des ouvriers [auxquels Nadia apprend à lire]. »

Michael se consacrait déjà à sa tasse de thé. « Oui, imagine-toi » raconta-t-il, «l’homme de la fabrique de savon, qui a dû maintenant retourner au village, il a envoyé toute une dissertation, il nous l’a même lancée à la figure — un véritable manifeste! Il aura au moins appris à écrire! Mais après coup, le voilà profondément indigné: il doit croire à présent que les étoiles au-dessus de son village ne sont pas les yeux des anges, comme il le pensait auparavant. »

Lire la suite

Contraintes et émancipations

Une espèce naît, un type se fixe et se fortifie à travers le long combat qu’il soutient contre des conditions à peu près uniformément défavorables. Inversement, l’expérience des éleveurs nous apprend que les espèces qui reçoivent une nourriture plus qu’abondante et sont l’objet d’un surcroît de soins et de ménagements tendent aussitôt à s’éloigner très fortement de leur type en produisant un très grand nombre d’anomalies et de monstruosités (de vices monstrueux aussi).

Lire la suite

Libre arbitre et Fatum

En mars 1862, alors qu’il est âgé de 17 ans, Friedrich Nietzsche écrit ses deux premiers essais, en vue de les présenter à la petite société intellectuelle Germania, fondée quelques temps plus tôt avec deux de ses amis. Au-delà du caractère quasi-prémonitoire des thématiques qui y sont abordées, cet écrit de jeunesse est l’un des rares textes de Nietzsche où transparaît la mécanique conceptuelle soutenant sa réflexion. Lire la suite